Créer une entreprise rapidement à la réunion, les étapes à suivre pour réussir ce projet

Créer une entreprise rapidement à la réunion

Pour monter sa société, il est important de respecter certaines procédures de base. De l’idée à la concrétisation de celle-ci, il est conseillé de toujours se faire accompagner. Voici les étapes de bases afin de créer une entreprise en bonne et due forme.

Une idée, le point de départ pour créer une entreprise rapidement à la réunion

Concours de circonstance, né d’un savoir-faire particulier ou résultat d’une expérience, un projet de création d’entreprise puise sa source dans un désir ou une intuition. Pour approfondir le projet, il est nécessaire d’identifier s’il s’agit d’une idée nouvelle sur le marché ou déjà existante. Dans le premier cas, il est important de s’interroger sur la faisabilité du projet ainsi que sur la capacité des futurs clients à adhérer à l’idée, tandis qu’au second cas, il faudra se poser des questions sur la réelle utilité de la future entreprise par rapport aux offres déjà disponibles sur le marché.

Il faut comprendre qu’il n’y a ni bonne ni mauvaise idée. L’important est qu’elle puisse devenir une opportunité à développer et bien sûr, qu’il soit réaliste. Ainsi, l’appréciation du bien-fondé d’une intuition est personnelle au porteur. Pour prouver la faisabilité de son projet, ce dernier devra le définir avec précision. Concrètement, il aura pour tâche principale de le résumer, d’une manière concrète et forte, sur papier. À ce stade, la réflexion devient projet à part entière, et ses différents aspects pourront mieux être cernés par les tiers, notamment :

  • Les caractéristiques du service ou produit proposés ;
  • Son intérêt ainsi que les performances attendues ;
  • Le mode de fonctionnement envisagé ;
  • Le porteur devra également se focaliser sur les points forts (avantages concurrentiels, caractère spécifique) mais aussi les points faibles de ce qu’il envisage de proposer.

La cohérence avec le projet personnel du porteur de projet

Bien des créateurs de projet négligent cette étape, en se contentant de ne se focaliser que sur l’aspect économique, juridique et commercial du projet. Or, pour réussir à créer une entreprise rapidement à la réunion, il est impératif de vérifier que la fameuse réflexion va de paire avec son projet personnel. En effet, monter une entreprise ne se limite pas à proposer et commercialiser des produits et services, c’est aussi de choisir un mode de vie particulier, en phase avec les exigences du projet. L’essentiel, c’est qu’il n’y ait pas de contradictions apparentes entre le personnel et l’économique.

L’étude de marché

L’étude de marché consiste à l’analyse approfondie de la faisabilité commerciale du projet pour créer une entreprise rapidement à la réunion. Pour cela, le porteur doit disposer d’un maximum de connaissances sur son environnement. Passage obligé, cette étape permet au porteur :

  • D’évaluer la concurrence ;
  • De faire une première estimation du chiffre d’affaires ;
  • De définir ses propres stratégies commerciales et marketing (produit / prix/ distribution) ;
  • De définir un budget prévisionnel ;

Cette étape ne garantit certes pas un succès absolu à l’affaire, mais elle a vocation à réduire les risques grâce à une prise de décision adaptée et adéquate.

Les prévisions financières et la vérification de la faisabilité financière

Établir des prévisions financières signifie traduire, dans le jargon financier, les éléments des étapes précédentes, ainsi que vérifier la viabilité de l’entreprise sur une période pertinente de 3 ans.

Pour le bon fonctionnement d’une entreprise, il est nécessaire d’avoir recours à des moyens techniques et humains. Ces derniers doivent être évalués avec précision, via une méthode simple. Il s’agit de :

  1. Répondre aux questions suivantes : comment ? Avec quoi ? Avec qui ? Les réponses serviront à déterminer les besoins de chaque fonction de l’entreprise ;
  2. Dresser un tableau indiquant les moyens identifiés avec leur traduction en termes de coûts ;

À l’issue de cette étude, tous les besoins financiers de la société ainsi que les possibilités de ressources doivent apparaître.

Pour remplir convenablement les étapes susmentionnées, il est nécessaire de disposer de fortes connaissances, tant concernant l’activité, mais aussi sur les procédures à suivre et les méthodes d’analyse. Pour les novices, il est fortement conseillé de se faire accompagner pour créer une entreprise rapidement à la réunion, par des organismes d’aide à la création d’entreprise comme Juridiles. Ainsi, les risques seront amortis et le porteur mettra toutes ses chances de succès de son côté.

Le choix du statut juridique

À cette étape, le projet sera adapté à un cadre légal, qui lui permet de disposer d’une existence juridique. Qu’importe l’activité de l’entrepreneur, commerciale, artisanale, industrielle ou encore libérale, il est impératif de choisir le régime juridique le plus adapté.

Entreprise individuelle ou création de société, le choix pour créer une entreprise rapidement à la réunion reposera sur des critères précis, dont :

  • La nature de l’activité ;
  • La volonté de s’associer ;
  • Les besoins financiers ;
  • L’organisation patrimoniale ;
  • Le mode de fonctionnement envisagé ;
  • Le régime social et fiscal choisi ;
  • La crédibilité de l’entreprise vis-à-vis des tiers.

Bon à savoir

Depuis janvier 2009, les formalités de création d’une petite activité, avec un statut d’auto-entrepreneur, ont été allégées avec un statut social et fiscal simplifié. Force est de mentionner qu’un auto-entrepreneur n’est pas considéré comme un statut juridique à part entière.

Quelles sont les formalités à suivre pour créer une entreprise rapidement à la réunion ?

Le centre de formalités des entreprises

Grâce à la mise en place des Centres de formalités des entreprises (CFE), les procédures administratives se sont vues considérablement simplifiées. En effet, étant des guichets uniques, le dépôt des demandes d’immatriculation, de modification ou de cessation d’activité d’une entreprise s’y fait directement.

En outre, on y retrouve :

  • Des fiches techniques qui expliquent les procédures à suivre pour chaque régime juridique ;
  • Un guide pour les démarches à suivre en ligne ;
  • Des éclaircissements sur la création d’une société en formation, d’une association et des numéros SIREN, SIRET et APE ;
  • Des explications sur comment bien choisir le nom de son entreprise ;
  • Les frais de formalités ;
  • La liste des activités réglementées.

L’enregistrement des statuts de la société

Bien que cette étape ait été supprimée à compter du 1er juillet 2015, l’enregistrement pour certains auprès du service des impôts des entreprises (SIE) reste obligatoire.

Le caractère obligatoire de l’enregistrement des statuts des sociétés apparaît dans les cas suivants :

  • Lorsque l’acte comporte une action particulière soumise à enregistrement (cessation de fonds de commerce…) ;
  • Lorsque l’acte l’exige pour la forme, en application de l’article 635 du CGI (acte de constitution sous forme notariée).
  • Pour cette étape, les originaux des statuts en 2 exemplaires sont exigés.
  • S’il s’agit d’une création de société commerciale, cet enregistrement se faire après le dépôt du dossier auprès du CFE. Toutefois, il est impératif de respecter le délai d’un mois maximum après la signature.

Quels sont les éléments à prendre en compte lors d’une création d’entreprise individuelle ?

Le futur dirigeant doit se renseigner sur les conditions requises pour pouvoir exercer l’activité. Pour cela, il peut consulter :

  • Le site de BPI France Création, dans la rubrique « activité et profession réglementée » ;
  • Les syndicats professionnels ;
  • La chambre de commerce et de l’industrie ou la chambre des métiers et de l’artisanat ;
  • Les départements d’actions économiques auprès des préfectures ;
  • Les diverses directions en Outre-mer : direction départementale en charge de la protection des populations (DDPP), la direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE) ou la direction départementale en charge de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP).

Un futur entrepreneur doit également :

  • Effectuer un stage d’initiation à la gestion ;
  • Rechercher un local ;
  • Choisir un nom ;
  • Déclarer son entreprise auprès du CFE ou en ligne.

 

Quels sont les éléments à prendre en compte lors d’une création d’une SARL ou EURL ?

Une phase d’information est toujours indispensable pour créer une entreprise rapidement à la réunion. Pour cela, il convient de s’adresser aux services susmentionnés.

Pour monter son entreprise sous SARL ou EURL, un créateur doit suivre les étapes suivantes :

  1. Effectuer un stage d’initiation à la gestion ;
  2. Trouver un local ;
  3. Choisir une dénomination sociale ou, à défaut, un nom commercial et un nom de domaine ;
  4. Rédiger les statuts ;
  5. Faire un dépôt en apports numéraire sur un compte bloqué ;
  6. Dresser la liste des bénéficiaires effectifs de la société ;
  7. Nommer le gérant ;
  8. Établir un état des actes accomplis pour le compte de la société en formation.

Afin d’obtenir l’immatriculation, voici les démarches à suivre :

  • Enregistrer les statuts de la société, le cas échant ;
  • Publier un avis de constitution dans un journal d’annonces légales ;
  • Déposer son dossier de création de société auprès d’un CFE ou le faire en ligne.

Quels sont les éléments à prendre en compte lors d’une création d’une SAS ou SA ?

Pour créer une entreprise rapidement à la réunion sous le statut SA ou SAS, il est nécessaire de :

  1. Se renseigner sur la nature de l’activité si elle est réglementée ou non ;
  2. Effectuer un stage d’initiation à la gestion ;
  3. Trouver les locaux pour la société ;
  4. Choisir une dénomination sociale ;
  5. Décrire les apports dans les statuts (en nature ou en industrie). À noter que les apports en industrie sont interdits dans une SA ;
  6. Effectuer les démarches liées à l’adoption des statuts : faire un dépôt de capital social, établir la liste des bénéficiaires, nommer le dirigeant, nommer les commissaires aux comptes, faire un état des actes réalisés au nom de la société, rédiger les statuts.

Afin d’obtenir une immatriculation, les formalités restent les mêmes que lors d’une création de SARL ou EURL.

Laisser un commentaire

Cet article compte : 202 vues