Casques moto intégraux : trois marques au banc d’essai

Le casque de protection fait partie des équipements fondamentaux à avoir qui assure la sécurité des usagers en cas d’accidents ou de chocs violents. Le choix d’un casque ne se fait pas à la légère. Plus importants que les critères d’esthétisme et de couleur, les caractéristiques de sécurité et de confort doivent primés avant tout. Le modèle intégral reste et demeure celui qui assure le mieux la protection de son porteur notamment sur les longs trajets. Voici alors trois marques de casque intégral soumises au banc d’essai.

Le casque intégral Shark au banc d’essai

Pour le dernier intégral Shark Vantime, en voici ces plus et ces moins. Le Vantime, comme toutes les casques Shark possède un look épuré et inédit ! Son allure robotique à la forme très ronde inspirée du look Daft Punk fait très tendance. L’enfilage est aisé et une garniture en fibre de bambou est toujours appréciée. Le port des lunettes est confortable et la ventilation frontale agit bien. La mentonnière saillante ne constitue pas une gêne mais au niveau de la nuque, la sécurité du bas du crâne laisse à désirer. Aucune option en bavette est un moins, ainsi qu’un niveau du son extérieur élevé.
En revanche, l’aérodynamisme est au point avec l’absence de bruits de l’air en mode vitesse. L’option pare-soleil intégré est activée facilement grâce à une manette. Le poids est assez contraignant avec 1 450 g sans masque en taille L et le Sharktooth est prévu. La coque est en résine thermoplastique injectée et la boucle, micrométrique. Si vous cherchez un casque moto integral pas cher, sachez qu’il coute au minimum 209 euros, donc on est plutôt dans un modèle haut de gamme.

Le casque intégral Shoei au banc d’essai

Voici pour vous, le dernier casque intégral de la marque Shoei, le NXR avec ses plus et ses moins. Le caractère sportif du NXR est parfaitement reflété par une coupe quasiment au plus près du crâne avec des détails de finition de classe digne de Shoei. Le système EQRS présent ainsi qu’une jugulaire de type double D assurent une protection maximale. Des joues plus épaisses élimineront les remous en mouvements latéraux. Le nouvel écran externe CWR-1 du NXR n’est malheureusement pas compatible avec les X-Spirit II, XR 1100 et Qwest.

L’absence d’un écran solaire intégré est encore à déplorer mais en revanche, un joint d’écran à bourrelet doublé d’une lèvre latérale est une grande nouveauté appréciée surtout en grande vitesse. La présence d’un déflecteur nasal et des coussinets d’oreilles sont aussi des plus. L’enfilage est encore plus facilité avec une garniture interne dépassant sur la partie basse du casque mais la mise en place en est plus difficile à cause de l’exigüité de l’embase. L’étanchéité étant parfaite les ventilations fermées, l’absence de ventilation frontale est regrettée. Le poids est idéal avec 1 350 g.

Le casque intégral Nolan au banc d’essai

La calotte du nouvel intégral Nolan N64 est sans surprise et reste fidèle au polycarbonate Lexan. Le design est plus sportif et plus fluide avec une double entrée d’air cette fois intégrée. Un extracteur d’air à l’arrière et une ventilation buccale assure une température intérieure fraîche. L’absence d’écran solaire interne ne permet pas un port en tout temps mais l’écran offre l’anti-rayure en surface. La bavette anti remous manque également à l’appel. En revanche, la garniture intérieure Clima Comfort est démontable et lavable et la boucle jugulaire, Microlock garantit une plus grande sécurité. Un petit poids de 1 390 g est également toujours apprécié.

Laisser un commentaire