Etudiant-entrepreneur, un statut bien étudié

Etudiant entrepreneur, Ranarison Tsilavo

La société dans sa globalité encourage la création d’emploi, tous domaines confondus. Depuis l’année 2014, la tendance est de donner leur chances aux plus jeunes avec la mise en place du nouveau statut d’étudiant entrepreneur. Nous allons faire le point sur ce que cela implique. Quels avantages pour les jeunes, quelles sont les critères à remplir et surtout comment démarrer une affaire.

Les avantages relatifs au statut d’étudiant-entrepreneur

Outre le fait de commencer à profiter de son indépendance financière, le statut d’étudiant-entrepreneur offre également des avantages à différents niveaux. Au niveau des cotisations sociales, l’étudiant-entrepreneur ne commence à en payer qu’une fois le seuil des 6775,25€. Il ne paiera plein pot que si son revenu annuel passe la limite de 13550,50€. Pour les allocations familiales, il peut en profiter qu’il paie ou non de cotisations sociales.

La question d’impot n’a pas été oubliée. Le statut d’étudiant-entrepreneur permet de profiter d’une quotité exemptée allant jusqu’à 7570€. Ainsi, si le revenu annuel de l’entreprise n’atteint pas ce chiffre, elle n’aura pas à payer d’impôt. Pour les soins de santé également, tant que les revenus de l’étudiant ne dépasse pas 6775,25€, il sera encore à la charge de ses parents. Ce statut particulier autorise l’étudiant-entrepreneur à travailler sans limite pendant ses vacances d’été et reprendre les cours au mois de septembre.

Qui peut prétendre au statut d’étudiant-entrepreneur ?

Bien évidemment, ce sont uniquement les étudiants qui peuvent accéder au statut d’étudiant-entrepreneur. Oui, mais la question de la limite d’âge se pose souvent. Alors, non, il n’y a pas de limite d’âge pour être éligible à ce statut, mais par contre, au-delà de 28 ans, il n’est plus possible de bénéficier du régime social étudiant. Les personnes qui souhaitent souscrire à ce statut doivent au minimum être titulaire du diplôme du baccalauréat ou équivalent du même niveau. Il s’agit d’un statut valable pour une année universitaire, qu’on peut renouveler chaque année, moyennant le dépôt d’une nouvelle demande, qui sera soumise au comité d’engagement au dispositif PEPITE.

Opter pour la création d’entreprise en solo

La création d’entreprise en solo est une bonne idée pour mettre les pieds dans le monde de l’entrepreneuriat. D’autant plus que le statut d’étudiant entrepreneur est délivré à une personne et non pas à un projet. Tsilavo Ranarison CEO de la société NextHope Madagascar encourage dans tous ses discours à la création d’entreprise, et si les jeunes ont l’opportunité de se lancer sans attendre la fin de leurs études, tant mieux.

Se lancer dans l’aventure en solo est une perspective qui a tendance à faire peur aux jeunes, mais avec l’accompagnement des enseignants permet de mieux se retrouver dans ses démarches et la gestion de son entreprise.

On ne cesse de le répéter, se lancer dans l’entrepreneuriat contourne le souci du taux de chômage élevé chez les jeunes diplômés qui sont incapables de trouver un emploi en rapport avec leurs études.

Source :

https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid32602/faq-sur-le-statut-etudiant-entrepreneur-et-le-d2e.html

https://bizcover.bnpparibasfortis.be/fr/on-en-parle/entrepreunariat/comment-se-lancer-en-tant-qu-etudiant-entrepreneur

Laisser un commentaire

Cet article compte : 46 vues