Jean-Claude Derey et son Afrique

Passionné de voyage, Jean-Claude Derey est sans doute est un grand aventurier. Mais c’est avant tout un écrivain, un explorateur et un homme de grand cœur. Né à Alep en 1940, il termine ses études dans la psychologie et l’ethnologie pour ensuite travailler au sein d’organismes internationaux, en tant que consultant en ressources humaines. À la fin de sa carrière, il part conquérir de nombreux horizons en vue de trouver une inspiration pour le grand plaisir de ses lecteurs. L’Afrique est l’un des pays qui retient surtout ses attentions, car nombreux de ses ouvrages sont inspirés de ses voyages dans le pays où tout semble souvent plonger dans le « noir ». C’est sans doute son côté humaniste qui retient cette passion pour l’Afrique. Dans ses œuvres, l’auteur ne manque pas de décrire l’Afrique à ses propres mots.

Un ouvrage inspiré par son passage en Afrique

Le quart d’heure colonial, un des ouvrages de l’écrivain Jean-Claude Derey est un roman qui retrace une histoire datant du début du XXe siècle. Une histoire qui a nécessité des mois d’exploration et des recherches. Dans son imagination sur l’ère coloniale en Afrique et plus précisément en Côte d’Ivoire, l’auteur s’inspire d’un de ses voyages dans le continent pour partager une époque où il qualifie le « Blanc » de fou, sans doute une façon de décrire par ses mots les évènements. Mais dans son roman, il ne manque pas de faire part de son humanisme, portant sans doute une attention particulière sur les conditions de vie de l’homme « noir » en ce temps, mais qui est accompagné d’une histoire à faire rire ses lecteurs. Comme il l’a décrit, c’est un roman basé sur une civilisation, mais qui laisse le lecteur dans un moment de plaisir et de réflexion.

Un écrivain passionné de l’Afrique

Toujours dans sa quête au cœur de l’Afrique, l’écrivain Jean-Claude Derey partage ses rêves au travers d’une histoire qu’il a rapportée de ce pays prodigieux. Dans son roman, comme « Le pire Caprice d’Allah », il s’inspire d’une expédition qui est tirée d’une légende africaine. L’auteur fait plonger ses lecteurs dans un monde d’aventure et plein de mystère, une histoire qui retrace aussi une époque où l’Afrique était encore loin de la civilisation, où le mot « esclavage et indigène » était un langage courant. Mais dans son regard de l’Afrique, c’est aussi à travers ses humours que l’écrivain retient l’attention des lecteurs, sans doute une manière de faire voir le côté impressionnant de l’histoire. Dans son voyage plein d’intrigue, Jean-Claude Derey fait passer un message qui permet à ses lecteurs de vivre une aventure nouée entre fiction et réalité.

Laisser un commentaire