Monter son affaire, comment savoir qu’on est prêt à se lancer?

lancer entreprise Ranarison Tsilavo

A un moment ou à un autre, chaque salarié s’est dit au moins une fois « si j’avais ma société, je ferai comme ceci ou comme cela ». Ce que les chefs d’entreprises souhaitent à chacun, c’est d’y arriver, et de faire face avec succès aux situations difficiles. En effet, les qualités pour réussir en entrepreneuriat ne sont pas données à la naissance. Avant de lancer au visage de votre patron, je démissionne pour me mettre à mon compte, prenez soin de consulter ces quelques lignes qui énoncent les qualités requises pour s’estimer être un bon chef d’entreprise.

Un entrepreneur est capable de prendre des initiatives

Un bon entrepreneur agit de son propre chef. Il est autonome dans ses décisions, est un leader et est apte à accomplir des tâches sans le support ou l’assistance d’un superviseur. L’entrepreneur donne les instructions, il ne les reçoit pas. Les décisions qu’il prend sont ferme et réfléchis parce que c’est lui qui connaît le mieux la situation de l’entreprise, il ne peut rejeter les responsabilités sur les autres collaborateurs.

L’entrepreneur comprend et sait prendre les risques

Dans la phase de démarrage d’une entreprise, il y a toujours un moment où le ou les gestionnaires ont à prendre des risques pour développer et faire fructifier les activités. Cela peut impliquer la vente de biens personnels pour investir dans son projet. Des entrepreneurs comme Ranarison Tsilavo ont connu ce genre d’expérience et encouragent les autres à mettre sur pied leurs projets, en faisant toutefois attention à réduire au minimum la part du hasard et/ou de la chance dans la réussite de leur entreprise.

A de bonnes compétences dans le domaine de l’organisation

L’aptitude à l’organisation ne vient pas à la naissance comme certaines de nos facultés motrices. Cependant, c’est une qualité qu’on peut acquérir au fil des années. Développer cette compétence se travaille de plusieurs manières : en pratiquant ou aussi en participant à des formations professionnelles. En outre, il existe des outils de gestion d’entreprise à l’instar du logiciel professionnel Odoo qui aident réellement à avoir la main sur différents aspects de l’entreprise. Cet outil inclut des modules incontournables allant de la gestion des congés à la gestion des stocks ainsi que la comptabilité.

Sait faire preuve d’autodiscipline

Ce qui est bien et aussi son contraire avec le statut de salarié, c’est le fait d’avoir un n+1, c’est à dire, une personne qui est chargée de coordonner les activités et donner les consignes, voire les missions au quotidien. Pour ceux qui ont du mal à avancer sans ces directives, il faudra attendre encore un peu avant de se lancer dans la création de son entreprise. Gérer une entreprise implique que l’on est capable de faire les choses par soi-même selon une priorisation pertinente des tâches. Gérer son affaire implique d’être plus donneur que receveur d’ordre.

Peut dépasser avec succès la phase de lancement d’une entreprise

Beaucoup de gérants d’entreprises se découragent dans le courant des premiers mois d’une société, voire la première année, période pendant laquelle, les bénéfices ne se font pas. Cela correspond à la phase de lancement d’une entreprise. Il s’agit d’une période où les bases de l’entreprise se forment, et surtout pendant laquelle, on ne peut pas trop espérer faire des bénéfices sachant que c’est là qu’on fait le plus d’investissement pour le long terme.

Laisser un commentaire

Cet article compte : 78 vues