Pieds-mains-bouche : une maladie plus fréquente qu’on ne croit

De plus de plus de monde en parle, et de plus de plus de personnes en sont victimes. Il est en effet évident que le syndrome pieds-mains-bouche est une maladie fréquente, mais qui ne nous a jamais alerté en raison de son caractère bénin.

Une question de germes

Lorsqu’on parle de syndrome pieds-mains-bouche, il s’agit toujours forcément d’un virus causé par des germes portés à la bouche. En effet, les virus qui sont à l’origine de cette maladie se transmettent par la salive, les sécrétions du nez ou encore les selles. Inutile de le dire, se laver régulièrement les mains est la manière la plus efficace d’éviter une telle contamination. C’est une des raisons pour lesquelles l’on doit toujours veiller à ce que les enfants se lavent les mains avant chaque repas, et qu’ils ne portent pas tout ce qu’ils trouvent à la bouche.

L’hygiène n’est pas forcément à remettre en question

Pour certains, les personnes ou les enfants atteints du syndrome pieds-mains-bouche sont des personnes peu rigoureuses par rapport à l’hygiène. Et pourtant, ce n’est pas toujours forcément le cas. En effet, les germes se transmettent assez facilement puisqu’ils sont véhiculés par la salive, les selles ou encore les sécrétions nasales. Dans une cour d’école, une salle de classe, ou encore un parc pour enfants, imaginez le nombre incalculable d’occasions pour ces germes de se propager d’un enfant à l’autre. Certes le syndrome pieds-mains-bouche est une maladie causée par un manque de propreté, mais ce n’est pas toujours la nôtre qui est à remettre en question.

L’éviction de la collectivité n’est pas une solution

Si votre enfant est atteint du syndrome pieds main bouche, il est tout à fait normal de le garder à la maison quelques jours le temps qu’il se rétablisse et qu’il ne soit pas trop fatigué. Toutefois, le fait qu’il ait contracté cette maladie ne signifie pas qu’il est indispensable de le priver de collectivité. Comme dans tous les milieux, les enfants seront toujours confrontés aux microbes en tous genres, et sachez que si vous pensez l’évincer de la collectivité pour le protéger, vous ne faites que le rendre hypocondriaque.

Une maladie inconfortable mais pas dangereuse

De toute façon, il ne faut pas s’alarmer à cause du syndrome pieds-mains-bouche. En effet, cette maladie bénigne ne cause que quelques dérangements sans gravité. Les douleurs se ressentent particulièrement dans la bouche, et des cachets de paracétamol ou de médicament codéiné seront efficaces pour les soulager si elles sont vraiment intenses. Les vésicules qui se trouvent au niveau des mains et des pieds peuvent provoquer une certaine gêne au toucher, mais sans démanger ni provoquer de douleurs importantes.

Comment traiter ?

Le traitement du syndrome pieds-mains-bouche est très simple : il suffit d’attendre. En effet, il n’y a pas moyen de traiter cette maladie, qui d’ailleurs s’estompe au bout de quelques jours. Le tout consistera alors à traiter les éventuels symptômes, comme la fièvre, les douleurs buccales ou les diarrhées. Pour faire baisser la température, ne procédez pas toujours avec les médicaments, car le traitement physique de la température est également efficace : posez une serviette mouillée sur le front du malade, sa température sera ainsi régulée et maîtrisée plus facilement.

Il sera également important de bien s’hydrater, dans la mesure où les diarrhées et les éventuels vomissements entraînent une déshydratation importante. Et pourtant, une personne fatiguée et déshydratée est plus vulnérable face à la fatigue générale ou d’autres complications. Si en quelques jours les symptômes ne disparaissent pas, contactez à nouveau un médecin car les complications sont possibles même si elles sont très rares.

1 commentaire

  1. Je vous remercie pour les conseils. En effet, mon petit bout’ chou est victime de cette maladie. Je ne sais pas s’il y a un rapport avec cette forte chaleur? Heureusement, j’ai l’habitude de placer chaque été une fontaine à eau à la maison, comme ça je n’aurai pas de soucis avec le risque de déshydratation.

Laisser un commentaire