E-liquides : leurs ingrédients de base

La cigarette électronique repose sur un principe simple : réchauffer l’e-liquide pour générer son évaporation. La vapeur dégagée est ensuite aspirée comme les fumeurs le font avec la fumée. Si pour la fumée, on en connaît déjà tous les composants, la vapeur reste un mystère pour bon nombre des consommateurs. Aujourd’hui, sachez de quoi elle se compose pour vapoter l’esprit tranquille.

Une base : propylène glycol et glycérine végétale

L’élément principal de tout e-liquide est la base. Lorsque vous allez acheter une cigarette électronique sur un site de vape français, vous découvrirez, en achetant votre e-liquide que la base représente près de 80% du produit contenu dans un flacon. Elle se compose de deux ingrédients : le propylène glycol (PG) et la glycérine végétale (VG).

Malgré des appellations qui indiquent des substances chimiques, le PG et la VG ont eu l’approbation des autorités scientifiques et sanitaires. D’ailleurs, ils sont utilisés, depuis des années, dans d’autres produits de la consommation courante et sont jugés non toxiques et non dangereux pour la santé. La teneur PG/VG dans un e-liquide est souvent équilibrée, soit à 50/50, mais il est possible d’augmenter et de réduire la concentration de l’un de ces deux produits. Tout dépend des envies de chacun puisque ces produits jouent des rôles différents dans la vape.

  • Le PG :

Il relève la saveur des arômes utilisés et génère le hit au fond de la gorge. Plus son taux est élevé, plus le goût sera prononcé et le hit puissant. Certains vapoteurs se sont toutefois plaints d’avoir des irritations au niveau de la gorge suite à des hits trop intenses donc il est conseillé de conserver une teneur en PG normale, n’excédant pas les 70/30.

Il faut souligner que le PG, lorsqu’il est présent dans la base, doit toujours être accompagné de glycérine végétale.

  • La VG :

Avec une texture plus gluante, la VG donne à la vapeur une note sucrée. Plus sa teneur est élevée, plus la vapeur sera sucrée, mais aérienne. En effet, la VG influe sur la quantité de vapeur produite. Un taux élevé de glycérine végétale génère une grosse quantité de vapeur à la saveur plus légère. Sur le point de vue santé, elle n’engendre aucun effet secondaire notable. Par contre, sa texture a tendance à encrasser la résistance plus vite.

Contrairement au PG, la base peut se composer uniquement de glycérine végétale. On parle d’e-liquide Full VG ou 100% VG. On trouve aussi des formules High-VG lorsque la concentration en glycérine végétale dépasse les 80% de la base. Ces formules sont très prisées des Cloud chasers puisque permettent de générer de gros nuages aromatisés.

Précisons que même si vous utilisez du Full VG, l’e-liquide contiendra toujours du PG, mais il sera rattaché à l’arôme en guise d’exhausteur de goût.

Les arômes

Un flacon d’e-liquide peut se composer d’un seul parfum (mono-arôme) ou de plusieurs (multi-arômes). Les parfums utilisés peuvent être naturels ou artificiels, avec une préférence vers les premiers.

La grande variété de parfums disponibles est l’un des points forts du vapotage. Les professionnels de la santé alertent quand même sur certains arômes jugés dangereux à l’inhalation. Sur leur liste noire, il y a la vanille, la cannelle, le beurre et les mélanges de fruits rouges. Selon leurs études, ces arômes produisent des substances peu saines pour l’organisme lorsqu’ils s’évaporent. Ils recommandent donc de ne pas les utiliser ou au moins, d’en limiter la quantité.

Les ingrédients facultatifs

Pour compléter leurs formules, les fabricants d’e-liquide peuvent y ajouter de :

  • La nicotine : cette dernière est autorisée à condition de ne pas dépasser les 20 mg/ml. Il est aussi conseillé d’en choisir la dose en fonction de son niveau de dépendance, car un surdosage peut générer des maux de tête, des nausées, des vertiges … Le risque de dépendance demeure également, mais il est moindre par rapport au tabagisme. Pour cause : le vapotage ne nécessite pas de combustion ce qui instaure une absorption lente de la nicotine par l’organisme. Cela ajouté au taux limité réduit le risque de dépendance.
  • L’alcool : il est autorisé, mais sa teneur est strictement limitée à 1%. Au-delà, il est déconseillé de vapoter un tel liquide, car augmente le taux d’alcoolémie dans le sang. Lire aussi – Cigarette électronique : les abus déconseillés

Si vous trouvez d’autres ingrédients, à part ceux que l’on vient de citer, sur l’étiquette de l’e-liquide qui vous intéresse, mieux vaut s’abstenir de l’acheter. En effet, l’ajout d’autres produits chimiques et des huiles dans les e-liquides expose les vapoteurs à des dangers.

Laisser un commentaire

Cet article compte : 100 vues