Le monde de la traduction : plus qu’une question de langues

De nos jours, Être bilingue est une chose, pourtant traduire en est une autre. La traduction ne se limite pas à une question de langues, elle entre vraiment dans le contenu pour donner la meilleure interprétation. C’est pourquoi, les formations et les connaissances d’un traducteur peuvent s’étendre jusqu’à des savoirs très scientifiques que littéraires. D’ailleurs, c’est la raison de l’existence de ce qu’on appelle « le traducteur spécialisé ». De ce fait, quelles différences peuvent-ils exister entre le traducteur généraliste et spécialisé ? Voici quelques détails à savoir.

Le traducteur généraliste : pour les polyvalents

Le traducteur généraliste, comme son nom l’indique, se charge de la traduction générale. Il traduit ainsi des documents et matériaux généraux qui ne requièrent pas un niveau de spécialisation ni de technicité particulière. Il agit dans plusieurs domaines pour une diversité de clients et chacun des contrats qui lui sont confiés est d’un volume plutôt modeste.

Ainsi s’il lui arrive de traiter des documents techniques qui ne relèvent pas de sa compétence, son action se limite à une traduction globale et neutre des documents. Il ne peut pas entrer dans le détail pour détecter les éventuelles nuances présentes dans les documents.

Le traducteur généraliste est, à proprement parler, un traducteur polyvalent. Il est d’ailleurs généralement admis que la polyvalence est la qualité de celui qui peut exercer plusieurs activités différentes et qu’elle est une manifestation de l’engagement personnel et professionnel. Cette capacité à intervenir dans des secteurs différents pour un même client constituent un avantage majeur pour le traducteur généraliste: pour un même client, il traite aussi bien du médical que du juridique ou de l’informatique. Pourtant, actuellement, l’augmentation en nombre des traducteurs pousse les traducteurs généralistes à se spécialiser. Il faut à tout prix se démarquer des autres pour gagner un marché.

Le traducteur spécialisé : pour les spécialistes

Pour différentes raisons que ce soit pour suivre l’évolution des besoins d’une partie de sa clientèle ou pour préserver une relation commerciale privilégiée avec un gros donneur d’ouvrage ou seulement pour mieux cibler d’autres clients, le traducteur,  auparavant généraliste, décide de se spécialiser. En effet, se spécialiser permet de savoir où l’on va, d’avoir une ligne directrice, une offre bien délimitée et plus ciblée car à vouloir intervenir dans tous les domaines peut parfois dénigrer la qualité de la traduction et décevoir ainsi le client. D’ailleurs, du côté client, en s’adressant à un spécialiste, il obtient une traduction de qualité, précise et adaptée à son métier, dans les meilleurs délais et avec une intervention limitée de sa part. Donc, les traducteurs spécialisés abandonnent les dossiers les moins rentables (forcément les moins spécialisés) pour se consacrer aux dossiers les plus rentables c’est à dire plus volumineux, plus répétitifs, et, inévitablement, plus techniques. D’où, selon le domaine qui intéresse chaque traducteur que ce soit pour une raison marketing, personnelle ou professionnelle, il peut se spécialiser dans la traduction assermentée, technique, scientifique, financière, légale, judiciaire, juridique ou littéraire.

Laisser un commentaire