Les risques psychologiques de la chirurgie plastique

Avant une intervention chirurgicale, le médecin expose aux patients toutes les difficultés et complications qui peuvent survenir après l’opération. D’habitude, il s’étale sur les risques d’ordre physique et délaisse le côté psychologique. Il est important de savoir que la chirurgie plastique comporte également des risques psychologiques.

La fragilité accrue et faible estime de soi

Ces conséquences psychologiques sont beaucoup plus liées à la chirurgie mammaire. Après l’opération, la patiente va retrouver sa confiance en soi. Si la poitrine est adaptée avec son corps, il n’y aura pas de souci. Dans le cas où celle-ci lui semble plus volumineuse, elle se sentira plus fragile et aussi volatile. Par déception de leur choix, certaines femmes se suicident même. D’autres essayent de vivre avec, mais sont beaucoup plus vulnérables. Avant l’intervention, il est difficile pour le médecin de définir si sa patiente est prête psychologiquement ou non à l’opération, mais il peut recommander la consultation d’un psychologue après la chirurgie esthétique.

Une déception

Les images qu’affichent les médias pour mettre en avant l’intervention esthétique sont parfois surréalistes. Si la patiente est bien convaincue d’avoir recours à la chirurgie plastique lyon, c’est pour avoir le même résultat. Sachez que le résultat sur vous ne peut être identique à celle de votre star préférée. Le chirurgien peut très bien vous faire cette poitrine volumineuse, mais ceci va déséquilibrer entièrement votre morphologie. Après l’opération alors, le résultat peut vous décevoir et vous souffrez d’une grave déception. Pour surmonter ceci et pour que la patiente ne commette pas l’irréparable, un suivi psychologique est également recommandé.

Un déséquilibre psychologique

Même si de nombreuses femmes se plaignent de leur petite poitrine, celle-ci leur va parfaitement dans leur routine de la vie quotidienne. Après la chirurgie plastique, le nouveau corps qu’elles ont peut bouleverser leur équilibre. Si elles ne savent pas gérer ce grand changement, leur santé mentale peut être atteinte. Ce déséquilibre peut passer au bout de quelques jours, le temps qu’elles s’habituent à leur nouveau corps, mais si ceci se prolonge plusieurs mois, la consultation d’un psychologue peut être nécessaire.

Une addiction à la chirurgie esthétique

Le résultat après une rhinoplastie peut bien plaire à la patiente et par la suite, elle verra aussi que ces lèvres ne sont pas assez pulpeuses et ne convient pas à ce beau nez. Le résultat étant toujours satisfaisant, la chirurgie peut créer chez cette personne une vraie addiction. Après les lèvres, le ventre, puis les seins… elle trouvera que son corps ne lui convient plus. Ces différentes opérations l’exposent plus aux complications de la chirurgie esthétique lyon et pour la faire prendre conscience, on lui recommandera d’aller voir un psychologue.

 

1 commentaire

Laisser un commentaire